Suneung, l’enjeu d’une vie

Suneung, l'enjeu d'une vie

 

Dans l’article précédent, je vous parlais du système éducatif en Corée du Sud et du fameux suneung 수능.

Ce mot à lui seul donne la chair de poule aux jeunes Sud-Coréens qui jouent, disons-le franchement, leur vie lors de cet examen. Et les résultats du cru 2017 sont tombés cette semaine.
Petit zoom sur l’examen de toute une vie.

Suneung, kézako ?

Afin d’entrer à l’université, les lycéens sud-coréens doivent passer un examen national, le suneung. Sans lui, pas d’accès à l’université et les rêves et espoirs d’une vie considérée comme socialement réussie s’évanouissent.

Depuis qu’il a été institué, le suneung a toujours eu lieu le deuxième ou troisième jeudi de novembre.
Exceptionnellement, cette année, en raison du séisme ayant frappé Pohang, l’examen a été décalé d’une semaine.

Une semaine supplémentaire de révisions et de stress !

Le suneung, à travers les yeux d’un(e) candidat(e)

SUNEUNG

Après des années de travail acharné et assidu, le jour J est enfin arrivé.

Lorsqu’ils arrivent sur le lieu de leur centre d’examen, les candidat(e)s sont encouragé(e)s par les anciens élèves, les plus jeunes, les professeurs, les amis…etc. Des détecteurs de métaux sont même utilisés afin de prévenir toute triche. D’ailleurs, si la pression sur les élèves est immense, il en va de même pour les examinateurs. Ceux-si sont confinés dans un hôtel quelques  jours avant pour préparer les sujets et n’ont droit à aucun contact extérieur. Cette sécurité extrême garantit que toute fuite des sujets ne puisse survenir.

 Vient ensuite l’enfermement dans une salle de classe.

Contrairement au baccalauréat, le suneung se déroule sur une seule journée, soit 9h d’épreuves. Les lycéens doivent remplir des QCM dans cinq matières : le coréen, l’anglais, les mathématiques, une LV2 et une discipline choisie entre les sciences (physique, chimie, biologie), la technologie ou les sciences humaines (éthique, histoire, droit, géographie, économie…). De ce point de vue, il serait plus juste de comparer cet examen aux concours d’entrée aux grandes écoles que l’on connaît en France plutôt qu’au bac.

Après ces neuf heures éprouvantes (bonjour la migraine !), vient la libération bien méritée ! D’ailleurs, les manuels scolaires subissent ce relâchement et sont victimes de toutes les atrocités que leurs propriétaires se restreignaient de leur faire subir.

SUNEUNG

Il faut attendre ensuite à peu près trois semaines avant d’avoir les résultats.
Des résultats qui déterminent leur avenir.
En fonction de leurs notes, les lycéens peuvent candidater à certaines universités plus ou moins renommées. L’objectif principal étant d’en avoir d’excellentes pour intégrer SKY (les trois meilleures universités coréennes : Seoul National University, Korea University et Yonsei University) : le Graal, la consécration de toute une enfance/adolescence passée à engloutir des connaissances.

Si le pire scenario se produit, les rattrapages n’existent pas : le suneung ne se passe qu’une seule fois dans l’année.

Le suneung portant les espoirs d’une famille

Connaissant l’importance du suneung dans l’avenir tant professionnel que social de leurs enfants, la ferveur des familles décuple à cette période. Les lieux de culte (églises, temples…) sont envahis par les familles qui viennent prier pour les courageux candidats parfois plusieurs semaines avant. Il faut se rappeler de tous les sacrifices financiers auxquels se plient ces familles pour donner à leurs enfants les moyens de réussir.
Dans ce cadre de pression familiale et sociale dense, on ne peut qu’imaginer l’impact émotionnel d’un échec au suneung.

Suneung, l'enjeu d'une vie

L’examen qui met un stand-by un pays rythmé par le « palli, palli »

Le suneung marque si profondément la société coréenne que le pays tout entier se met en pause ce jour-là.

Les administrations et entreprises commencent le travail une heure plus tard afin que les transports en commun et les routes ne soient pas bondés pour laisser les étudiants arriver à leur centre d’examen sans problème. Et/ou permettre aux familles d’accompagner le/la courageux(se) candidat(e). De plus, la fréquence des métros est augmentée.

Tout est fait pour faciliter la vie des candidats, histoire de les accompagner mentalement en leur épargnant un stress inutile.

Pour les retardataires, il existe même un numéro spécial grâce auquel des policiers viennent les chercher à domicile ou à l’endroit où ils sont coincés pour les amener à leur centre.

L’importance du suneung est si grande que les compagnies aériennes sont sommées de garder leurs avions à terre pendant les épreuves de langue afin de ne pas perturber l’écoute. Donc, même s’il s’agit que de quelques minutes d’interruption du trafic aérien,si vous songez débarquer à Séoul à cette période, essayez d’éviter ce jour en particulier.

Depuis quelques années, on remarque une diminution du nombre de candidats à se présenter au suneung. Pour l’instant, on ne sait pas encore si cela est dû à la démographie décroissante (un pays qui vieillit avec un taux de natalité faible) ou au fait que les jeunes envisagent un avenir différent de la voie sacrée pavée par le suneung. De plus, jugé inégalitaire et peu juste, celui-ci devrait subir quelques modifications dans sa notation.

Si vous souhaitez en savoir plus, on vous conseille le film « SUNEUNG » réalisé par SHIN Su-won, voir la bande-annonce du film ci-dessous !

Photos crédits : koreaexpose.com , etudiant.figaro.fr

Ecrit par

Diplômée en droit maritime, les courants de la curiosité m'ont portée jusqu'en Corée du Sud. Depuis, je découvre ce pays un peu plus chaque jour. Olivia écrira sur K-phenomen des articles sur les phénomènes de société et les différences culturelles.

Leave a Reply