Etre végétarien en Corée du Sud

être végétarien en corée du sud

J’ai voulu rédiger cet article suite à la réaction de mon patron « Végétarienne en Corée ? (rires) C’est impossible ! », je me suis donc lancée ce défi !

 

”나는 채식 주의자 이에여 “

autrement dit « je suis végétarienne »

La phrase qui risque de lancer un froid dans une conversation en Corée du Sud.
La cuisine coréenne est très réputée pour sa diversité de plats et son équilibre alimentaire. Cependant, elle pose au quotidien de nombreux problèmes à toutes personnes souhaitant contrôler le contenu de son assiette.

Les mentalités coréennes sont malheureusement dures à faire changer, et le regard des coréens sur les régimes alimentaires contraires aux leurs peut être arrogant et/ou blessant.

Ce changement n’a pas encore eu lieu du fait de la culture et de la place importante de la viande dans celle-ci.

être végétarien en Corée du Sud

Les ingrédients cachés

La cuisine coréenne est basée sur des nombreuses soupes, marinades et banchans (accompagnements divers). Mais seriez-vous capable de dire ce qu’il y a dedans ? Car bon nombre d’ingrédients d’origine animale s’y cachent.

Exemple : Dans la recette originelle du kimchi, on y découvre l’utilisation de l’huile de poisson (très récurrente dans les soupes).  Si aujourd’hui la majorité des cuisiniers n’utilisent plus l’huile de poisson pour le kimchi, il est répandu d’utiliser des crevettes ou anchois séchés dans la marinade.

La vie en Entreprise

La vie en entreprise m’a beaucoup éclairée sur la place de viande dans la culture coréenne. La pause déjeuner à la coréenne s’articule autour de 3 grandes phases : manger, boire un café, et faire une micro sieste. En une heure cela promet un planning serré. Le choix du restaurant est rapide, le choix du plat tout autant. Autrement dit : les restaurants basiques, proposant principalement de la viande.
En Corée du Sud, le patron choisi le restaurant, s’il n’y a que de la viande à la carte on ne peut que difficilement y faire quelque chose, en effet, refuser d’être invité à déjeuner ou diner est vu d’un mauvais œil en Corée.
Il ne faut pas oublier que la majorité des repas d’entreprise se dérouleront le soir au 삼겹살; le barbecue coréen.
Dans ces moments-là, être végétarien est donc plus que compliqué.

être végétarien en Corée du Sud

Donc voici 8 astuces à retenir si vous êtes végétarien(ne) en Corée

Les restaurants bouddhistes

Les restaurants bouddhistes sont végétariens et présents aux abords des temples.  De plus, à l’heure du déjeuner il est fréquent que les temples offrent le repas aux visiteurs, à partir de 11h il suffit de suivre le mouvement de foule pour trouver le réfectoire.

Le Bibimbap (비빔밥)

Le bibimbap vient à l’origine des temples bouddhistes et donc ne comportera qu’un œuf et pas de viande. 
Si un doute s’installe sur ce que comportera le bibimbap  il ne faut pas hésiter à le demander sans viande « 야채 비빔밥 ». Le bibimbap est rapide à faire, les cuisiniers pourront aisément changer un ou deux ingrédients.

Les restaurants végétariens

Situés dans les quartiers étrangers des grandes villes, la carte comprend surtout des hamburgers et salades.

Vous pourrez retrouver quelques adresses de restaurants végétariens en Corée sur le blog : sokoreazy. Vous pouvez aussi utiliser l’application HappyCow, une application qui recense les restaurants Vegan partout dans le monde.

Les convenient stores

Ouverts 24h/24, les convenient stores sont très utiles pour manger végétarien. Ils proposent une grande variété de produits à manger « sur le pouce » comme des onigiri, des kimpap, des plateaux repas…etc.  Les micros-ondes présents dans le magasin permettent de consommer sur place ce qui est bien pratique. Les convenient stores sont présents à chaque coin de rue donc si vous ne trouvez pas votre bonheur dans celui-ci, n’hésitez pas à marcher jusqu’au prochain.

Se faire à manger

Se faire à manger soi-même permet de contrôler ce qu’il y aura dans l’assiette mais le prix sera en conséquence.
Si vous habitez près d’un marché traditionnel avec des vendeurs de légumes ambulants vous pourrez vous en sortir raisonnablement. Si en revanche il n’y a à proximité qu’une chaine d’hypermarché le passage en caisse risque d’être salé.

être végétarien en Corée du Sud

Commander ce qu’il y a dans l’assiette de la table voisine

Cette astuce fonctionne très bien pour les personnes ne lisant ou ne parlant pas le coréen. Si l’assiette voisine ne semble contenir aucun morceau de poisson ou viande demandez simplement « 같은 것으로 » à la serveuse.

Les restaurants buffet

Ces restaurants proposent entre 5.000 et 7.000 krw l’accès à un buffet très divers de plats et banchans. Souvent situés dans les quartiers d’affaires, ces restaurants très rapides et variés seront très utiles.
Des salades composées, différents plats, des soupes (attention à la soupe d’algues peut comporter du thon), des banchans, des ramens et quelque fois des œufs à vous cuisiner sur la table, seront disponibles.

Demander à enlever un ingrédient

Attention je ne conseille de faire cela qu’à deux conditions : que le serveur soit jeune et/ou étudiant, il  sera plus compréhensif et ouvert d’esprit. Une personne plus âgée en revanche, fera semblant de ne pas comprendre la requête au risque de servir votre plat avec un aliment non désiré. Si cela arrive il ne faut pas le prendre mal, il s’agit d’un manque de patience très fréquent chez les coréens, d’autant plus si le restaurant est complet. 
Demandez à enlever un aliment dans des plats simples comme un sandwich, un kimpap, un bibimpap, des nouilles, un curry… etc, sera plus efficace. Cette requête ne pourra que difficilement s’appliquer aux plats plus compliqués ou traditionnaux comme les jjigae.

Etre végétarien(ne) en Corée du Sud, une mission impossible ? 

Etre végétarienne en Corée n’est pas impossible, il s’agit cependant de revoir toutes ses habitudes, d’être plus en alerte qu’auparavant et ouvert d’esprit.

Pour ma part, je ne consomme donc plus de viande dite terrestre mais accepte l’idée de consommer des aliments cuits avec de la bonite ou de l’huile de poisson, il s’agit d’habiter ici en prenant en compte la culture du pays qui m’accueille tout en y vivant selon mes principes.
Je vous conseille à vous végétariens d’être ouverts d’esprit lorsque vous foulerez le sol coréen. Ici changer les mentalités, les habitudes peut être extrêmement mal perçu par la population, alors prenez votre mal en patience, et acceptez les échecs si les tteokbokki sont servis avec des Kkochi Eomuk (gâteaux de pâte de poisson).

Crédits photos : K-phenomen

Photo à la Une : onegreenplanet.org

Ecrit par

Claire, 21 ans. Je suis monteuse vidéo avec une formation complémentaire en motion design, j’alimente la chaine Youtube de K-phenomen & j'écris également quelques articles ^^

2 Commentaires

Leave a Reply